Nous sommes le 25 août 2015 j’entame ma deuxième journée à Belgrade, après un bon petit déjeuner je pars pour une promenade dans les rues de la vile, une promenade qui me marquera à jamais.
Mes pas m’amènent progressivement vers le Parlement et d’autres institutions politiques, d’ailleurs je vous rappelle qu’il est formellement interdit de photographier les bâtiments publics en Serbie.

Je passe donc mon chemin et m’arrête quelques instants à photographier des fleurs du parc magnifiquement agencées.

Je poursuis mon itinéraire et mes pas me guident progressivement vers le bas de Stari Grad, je rappelle que la vieille ville de Belgrade est installé sur une immense butte.

Je découvre le véritable Belgrade bien défraichi mais c’est ce qui fait le charme de cette vieille et belle ville. J’arrive à proximité de la gare de Belgrade, j’avais entendu dans les informations que des réfugiés syriens avait trouvés refuge à proximité de la gare dans un petit parc.

Mes pas me conduisent d’abord à admirer une belle et immense affiche qui recouvre la façade jaune défraichi de la gare, une affiche qui présente le projet de nouvelle ville du futur.

Je poursuis mon chemin et décide de rentrer mais sur la route j’aperçois le campement improvisé des refugiés syriens fuyants la guerre qui fait rage en Syrie. Une guerre qui à ce jour à fait des centaines de milliers de victimes.

Je décide donc de m’y rendre, j’aperçois une équipe tv sur place je m’incruste et hop je fais partie de l’équipe un syrien raconte au journaliste qu’ils viennent de faire un voyage long et que Belgrade constitue pour eux une étape avant le grand eldorado européen.
Je pense qu’ils sont plus à la recherche d’un endroit sure dans lequel vivre, cela aurait pu resté la Syrie leurs pays natal, mais l’histoire en a voulu autrement.

Après quelques minutes passés auprès de mon équipe tv, je décide de les quitter et de m’aventurer quelques temps dans le camp, certains réfugiés se reposent à l’abri du vent dans leurs tentes de nombreux détritus trainent sur le sol, une équipe de nettoyage de la ville s’affère à les ramasser mais ils ne sont pas assez nombreux.

Dans tout cela des touristes s’y mêlent et passent avec leurs valises au milieu du parc comme si de rien était; les enfants des réfugiés jouent, crient, rigolent et certains pleurent.

Certains réfugiés s’arrêtent avec un mot gentil et posent devant l’appareil d’autres refusent.

Un enfant me demande si il peut essayer je lui tend mon appareil et lui montre comment faire, et la magie opère la famille m’invite à m’asseoir auprès d’eux nous essayons de discuter dans quelques mots d’anglais j’essaie d’apprendre ce qu’il se passe réellement en Syrie, c’est difficile mais quels courage ils ont, les gens sourient que voulez vous c’est la vie.

Pendant ce temps les enfants jouent avec mon appareil alors vous voyez la photo c’est facile, j’apprend que leur prochaine étape sera certainement l’Allemagne, je leur demande où, l’on me répond ironiquement la rue. Je serai ravi d’apprendre qu’Angela Merkel chancelière de la République fédérale d’Allemagne ne les renverra vers le dernier pays de provenance hors UE. OUF !

Quel moment de voir la joie de ces enfants qui ont pu jouer quelques instants avec cette appareil photo, dors et avant je penserai à leurs petits sourires quand pour moi sa n’ira pas .

DSC_8691

DSC_8671