Je me souviendrai d’une phrase de mon professeur de climatologie : »Les forces de la nature s’équilibrent toujours ».

En effet, la Serbie a connu un dernier automne sec et ensoleillé ainsi qu’un hiver sans pluie. Le taux de pluviométrie étant déséquilibré, il fallait  tôt ou tard s’attendre à un rééquilibre des données. Le résultat ne s’est pas fait attendre, des pluies torrentielles en continu pendant 4 jours début mai ont fait augmenté le niveau des eaux des fleuves de la Save et du Danube.

D’un point de vue climatologie, c’est simple, la pluie se forme à la rencontre d’une dépression ‘courant de basse pression et courant de hautes pression’ nommé anticyclone.

En effet, l’anticyclone qui protégeait les Balkans a rencontré les immenses dépressions venues du nord qui comme tous les ans décrivent  un cercle cyclique vers le sud afin de remonter les courants chauds vers le nord, entrainant ainsi l’augmentation des températures sur notre continent, c’est un mécanisme général de climatologie cyclique.

Ce rééquilibre naturel  a été terrible pour la Serbie, la Croatie et la Bosnie. Il faut, vu le dérèglement climatique, songer que ces événements ne seront pas les derniers et des mesures d’aménagements et d’équipements doivent être prises par les autorités afin de limiter les dégâts des prochains événements climatiques. Les mesures qui peuvent être prises seront les suivantes :

-construction de canaux de dérivation

-construction de zone de stockage d’eaux, de digues

-contrôler les zones de constructions et d’aménagement  en fonction des zones inondables

Je vous rappelle que si vous lisez cet article, de la possibilité de venir en aide aux victimes de cette catastrophe climatique en versant un don sur ce site : http://www.floodrelief.gov.rs/eng/

Ces événements qui sont des faits sociaux auront par conséquent des répercussions sur la société, étant donné que les faits sociaux engendrent d’autres faits sociaux tels un mécanisme horloger.

Ces inondations auront un impact sur la future vie des habitants de ces régions :

– hausse du prix du blé et des aliments

– hausse du coût du logement car les terrains constructibles seront disputés et plus rares, entrainant indéniablement une hausse du prix du foncier dans les zones rurales affectant automatiquement les populations les plus pauvres qui y vivent.

-une migration périphérique pour les habitants des zones sinistrées

– un ralentissement économique

– l’aspect socio-psychologique des populations touchées et non touchées sera également à prendre en compte suites aux traumatismes psycho sociologiques.

Pour se faire une idée de la catastrophe, je vous invite à regarder cette vidéo sur le site d’ Euronews : cliquez sur le lien ci-dessous

Inondations : les pays européens viennent en aide à la Serbie et à la Bosnie | euronews, monde.