Qu’est ce que l’Eurorégion?

Introduction :

Dans un contexte d’européanisation, le dossier suivant va tenter d’apporter des réponses en matières de développement territorial des régions européennes et également des régions qui constituent les pays membres de l’Union européenne, le dossier va tenter de répondre au fil des parties à la problématique suivante : quels sont les limites et impacts d’une euro-région sur le développement de son territoire.

I. Euro-régions quels impacts emprises sur le développement des territoires?

1.Qu’est ce qu’une euro-région définition?

Pour définir l’euro-région, le plus simple serait de définir la composition en elle-même en premier lieu du mot euro-région, il est composé du préfixe euro et du suffixe région, afin de mieux cerner ce nouveau terme, il serait intéressant d’essayer de définir ce que signifie euro puis le terme région.

L’étymologie du mot euro d’après le dictionnaire Hachette 2004 signifie une unité monétaire de l’Union européenne, qui a succédé à l’écu et qui a remplacé diverses monnaies nationales comme unité de compte en 1999, et est entré en circulation en 2002.

Pour mieux comprendre cette définition de l’euro, il faudrait nous intéresser à l’Europe. Selon la même source de recherche de définition ; l’Europe, c’est une partie du monde peu individualisée, séparée de l’Afrique par le détroit de Gibraltar et réunie l’Asie ‘Eurasie’ par les plaines russes, où les monts Oural le séparent du monde asiatique, l’Europe compte 700 millions d’habitants, soit 10 % de la population mondiale estimée cette année 2011 à 7 Milliards d’habitants.

Intéressons-nous dors à présent à l’étymologie du mot région ; une région du latin regere signifie en latin tracer une ligne ou une limite, selon la même source bibliographique le mot région signifie: « Division administrative et territoriale et de l’Union Européenne.»

Toutes ces définitions poussent à penser alors que l’euro-région est une unité territoriale administrative européenne dont la principale monnaie d’usage est l’euro.
C’est en effet cela, cependant le terme euro-région est récent car l’euro est une monnaie utilisée que depuis 2002, alors qu’en réalité l’euro-région a débuté bel et bien avant l’apparition de la monnaie commune européenne.

De nos jours une euro-région représente une nouvelle forme de zone transterritoriale qui vont au-delà des limites des frontières d’un territoire national et ceci entre plusieurs États nations.

L’euro-région ne représente en aucun cas une unité territoriale dotée de pouvoirs politiques, leurs compétences se limitent aux compétences des collectivités locales qui les composent, ces collectivités locales sont le plus généralement des conseils régionaux, des mairies.

2. Objectifs des créations des euro-régions

Pourquoi l’Union européenne a elle crée cette nouvelle forme d’unité transterritoriale ?

Il existe en Europe d’importants écarts de compétitivité en Europe entre certaines métropoles notamment celles spécialisées dans le domaine de la finance au détriment de nombreuses zones rurales, de villes telles que Toulouse, Marseille, Lyon.

Pour l’Union européenne, il sera nécessaire de développer de telles villes et de créer entre celle-ci et le milieu rural oublié des liens et une coopération étroite en matière d’aménagement de développement économique.

l’Union européenne a décidé de créer cette nouvelle forme d’unité transterritoriale européenne dans un but de développer des régions autrefois délaissés économiquement par les États nationales car situés en zones frontalières dites zones grises ou angles mort économique, les anciens penseurs géopolitique leur attribuaient le terme de zone tampon car frontalières d’un autre état nation, leurs gestion administrative et politique étaient sensible.

De nombreuses villes et régions souffrent encore de cet effet tel que la ville de Toulouse.

Les objectifs sont pour la totalité des euro-régions européennes le développement économique local, dynamiser les secteurs tels que les transports, la sécurité, l’aménagement du territoire, la culture, l’éducation, la protection et la conservation de l’environnement.

a-Les apports du traité de Lisbonne

Extrait des apports du Traité de Rome, introduit par le Traité de Lisbonne :

«Afin de promouvoir un développement harmonieux de l’ensemble de l’Union, celle-ci développe et poursuit son action tendant au renforcement de sa cohésion économique, sociale et territoriale. En particulier l’Union européenne vise à réduire l’écart entre les niveaux de développement des diverses régions et le retard des régions les moins favorisées. »

3.Formes juridiques des euro-régions

Les euro-régions avaient suivi une évolution de leurs structures juridiques depuis le lancement de l’idée de coopération transterritoriale par le traité de Madrid en 1980 le Conseil de l’Europe et l’Union européenne facilitent leurs créations .

On peut distinguer trois formes juridiques distinctes des euro-régions :

  • associations de working community fondés entre 1980 et 1990

  • l’AEBR ‘Association of Européan Border régions ‘ dès le début des années 2000,

  • aujourd’hui et depuis 2007 les GECT ‘Groupement Européen de Coopération Territoriale.

 

II. Quels organes politiques à l’origine des euro-régions ?

Ce sont le conseil de l’Europe et l’Union européenne qui ont facilité la naissance et les création d’euro-régions, la déclaration de Madrid de 1980 donne pour la première fois une validité juridique aux euro-régions.

Ces deux organes ne sont pas à confondre mais à différencier, le Conseil de l’Europesiège est à Strasbourg (France), et regroupe aujourd’hui, avec ses 47 pays membres, la quasi-totalité du continent européen. Créé le 5 mai 1949 par 10 États fondateurs, le Conseil de l’Europe a pour objectif de favoriser en Europe un espace démocratique et juridique commun, organisé autour de la Convention européenne des droits de l’homme et d’autres textes de référence sur la protection de l’individu tandis que l’union européenne est une association sui generis de coopération et partenariat politique et économique entre 27 pays membres.

1. Différentes coopérations transfrontalières dans l’histoire.

Les régions frontalières autrefois zones dites reléguée en deuxième zone, angle mort et zones grises ont souffert et souffrent encore actuellement d’un retard à différents niveaux’ économie, aménagement du territoire.

Ces régions frontalières font parti du territoire administratif dans la plupart des pays de la bordure de l’Europe.

Dans un contexte d’européanisation et d’internationalisation des gouvernements décentralisés, les coopérations transfrontalières des autorités régionales et locales est une représentation par d’autres d’une structure juridique d’une euro-région
Dans la majorité des cas étudiés ces initiatives de coopération rendent à focaliser une politique de coordination parmi la participation d’autorités au delà de la vision transfrontalière.

Ces coordinations et activités de coopération en matière de politique publique ont un lien direct par l’implantation des euro-régions.

Ceci explique l’intérêt apporter aux coopérations inter-régionales transfrontalières dans les années 1990, lorsque l’union européenne lança son programme à large échelle de CBC ‘ Cross Border Contries » dites plus communément Inter-régions.

Ce processus par contraste avec la période post 90 dans un espace européen engendrera grâce aux CBC dites INTERREG l’amélioration des coopération et activité économiques transfrontalières, ceci grâce aux politiques menés par les nations états de l’union européenne.

L’Allemagne par sa politique de renouvellement d’organisation administrative ‘État central, Landers a subvenu à la réussite de ce processus, en particulier dans les deux tiers de la structure locales et administratives qui autorise depuis la refonte de l’organisation administrative allemande les municipalités à engager des actions collectives pour augmenter leur puissance économique notamment par la création des Landers ainsi que de l’État central.

Il est a noté une distinction entre divers types de coopération transfrontalières.

La hausse des structures euro-régions comparés à la relative stagnation des associations de Working community a été observé entre les année 1980 et 1990.
L’euro-région institution formelle et mieux préparé et formé pour jouer un rôle actif dans l’implantation des mesures politiques européennes que les groupements de working community.

La constante augmentation des euro-régions peut être interprétés comme un processus de partenariat par la commission européenne afin d’une part de décentralisé les compétences administratives et d’organiser rigoureusement l’administration de l’Europe, l’objectif de cette décentralisation est une meilleure gestion de l’aire transfrontalière à tous les points de vue (Économie, développement durable, sécurité, éducation, culture’

Cette procédure a pris la forme virtuelle de régions transfrontalières autour de l’AEBR ‘Association of European Border régions.

Les GECT

La croissance de ces aires transfrontalières en Europe n’est en aucun cas la résultante du déclin de l’autorité ou de la souveraineté des états membres, mais sont à interprétés comme une nouvelle politique innovante provoquer par l’émergence de l’Europe en qualité d’institution politique supranationale.

2. Les premières coopération entre États membres dans le domaine de l’aménagement du territoire.

Depuis les années 1970, le Conseil de l’Europe à un rôle de pionner sur la question de l’aménagement du territoire européen. Ces coopérations en matière d’aménagement du territoire restent fragiles car elles restent dépendantes des compétences des États, car les politiques régionales en la matière dépendent des ministères des finances.

La SDEC ‘Schéma de développement de l’espace communautaire’ sera adopté en 1999, les orientations de la SDEC sont:

  • la cohésion économique

  • la préservation des bases naturelles de la vie et du patrimoine culturel

  • une compétitivité plus équilibrée du territoire européen.

Les action en cours fixés par l’agenda territorial adopté le 25 mai 2007, visent une stratégie afin de d’améliorer et de développer une meilleure prise en compte des territoires par les politiques publiques au sein de l’union européenne.

Les principaux objectifs sont :

d’appréhender la diversité territoriale

mobiliser le potentiel des régions et des villes européennes

ceci afin de développer l’activité économique de certaines régions notamment la reconversion d’anciens bassin miniers tels la région Lorraine.

L’agenda territorial vise également à

favoriser un dialogue et des collaborations entre partenaires territoriaux ‘entreprises, communautés scientifiques, autorités locales et régionales.

Promouvoir le polycentrisme et l’innovation par la coopération des aires métropolitaines et des villes.

  • améliorer et consolider les liens entre villes et les campagnes.

  • promouvoir les clubistes régionaux à travers les frontières.

  • améliorer les réseaux transeuropéens.

Renforcer la protection de l’environnement, le développement durable, les notions des effets du changements climatique, le nucléaire sont deux notions fondamentales dans le domaine.

3. Le développement des coopérations transfrontalières en Europe de 1957 à nos jours.

Dès 1958 le rapprochement transfrontalier s’opère entre l’Allemagne et la Hollande.

En 1963 la France l’Allemagne créer l’euro-région Basiliensis, aujourd’hui nommé Trirhena.

Suivent ensuite d’autres euro-régions tels que :

  • Alpes orientales en 1977

  • Le Rhein Waal en 1978

  • Le Cotroa ‘Alpes occidentales en 1982

  • La Commission de Travail des Pyrénées en 1982

  • Conseil du Léman en 1987, la Pamina en 1988, La Sarlorlux en 1995

S’en suivent des coopérations transfrontalières des régions de l’Europe centrale et orientale avant ou après leurs adhésion à l’union européenne suivant le programme d’élargissement établit entre 2004 et 2007 tels que

Pomerania (1991),

Pro Europa Viadrina et Egrensis (1993),

l’Eurorégion trinationale DKMT (Danube- Kries-Mures-Tiza) articulée autour du point triple de la frontière Roumanie-Hongrie-Serbie, l’Euro-région des Carpates.

III.Politique de cohésion politique transfrontaliers dans l’union européenne: 2007-2013

Vers une nouvelle forme d’euro-région dans la continuité du processus de Barcelone

Dans la continuité du processus de Barcelone lancée en 1995 sous la présidence de Jacques Chirac, cette politique transfrontalière , vise en priorité à lutter contre le terrorisme, l’immigration, vise à développer la culture entre l’union européenne et les pays riverains de la Méditerranée, développer les échanges économiques et sociaux.

L’Euromed ou processus de Barcelone est refondée en 2008 par le président actuel de la république française Mr Nicolas Sarkozy elle ajoute pour principaux objectifs: la dé pollution de la Méditerranée, le développement des autoroutes maritimes et terrestres, la protection civile afin de répondre aux catastrophes naturelles, la création d’une université euro-méditerranéenne, développer les énergies renouvelables l’énergie solaire ainsi q’ une « initiative méditerranéenne de développement des affaires »

Ce processus peut être en effet considéré comme une nouvelle forme de coopération euro-régionales qui entre dans le cadre de la relance dynamique du pourtour méditerranéen européen.

1. Les impacts et emprises de l’euro-région sur le développement des territoires, l’exemple étudié INTERREG IV Rhin Supérieur.

Le Traité de Lisbonne signé en 2007 entre les 27 pays membres de l’union européenne, déclenche l’accélération du développement de coopérations transfrontalières sous formes d’inter-régions ou euro-régions.

Ce traité refonde l’architecture de l’institution européenne par de nouvelles modifications, la modification du traité européen de Maastricht ainsi que le traité instituant la communauté européenne (Traité de Rome de 1957)

D’un point de vue stratégique l’union européenne souhaite devenir l’espace économique le plus compétent du monde.

Dans ce cadre il est intéressant de s’intéresser aux politiques menées dans cet visée, le choix du programme InterregIV Rhin supérieur est primordiale, car il s’agit d’une coopération entre les pays les plus influents de l’union européenne, la France et l’Allemagne, seul zone frontière entre ces deux pays, cette ancienne zone tampon ou grise raconte une histoire entre ces deux pays riches en événement géopolitiques, ‘référence aux deux guerres mondiales ainsi qu’à la dispute acharnée de la région Alsace-Lorraine’.

Cette histoire aura évolué dans le temps, aujourd’hui grâce à l’union Européenne, ces tensions sont calmés et l’histoire entre les deux pays pardonnées ; l’union européenne souhaite faire de cette euro-région un ferdolence de cette politique transfrontalières, cependant elle sera limité par certains aspects, les impacts de ce programme sur le développement des territoires de cette euro-région entrant dans le programme INTERREG IV Rhin supérieur sont les suivants.

INTERREG IV Rhin supérieur est avant tout initialement lancé par la Commission européenne elle se poursuit en succédant à d’autres programmes de développement de cette inter-région : Interreg I-II-III, elle vise à favoriser la coopération transfrontalière en Europe, l’union européenne souhaite soutenir financièrement grâce à la FEDER (Fond Européen de Développement Économique Régionale) des projets qui décloisonnent les territoires, suscitent et facilitent le dialogue entre régions.

Le Rhin supérieur est un espace bordé par trois massifs Vosges à l’ouest, Forêt Noire à l’Est et le Jura au Sud, le Rhin supérieur développe depuis maintenant 40 ans une véritable culture de la coopération transfrontalière, dynamisée par le programme INTEREG.

Situé à la jonction de l’Est de la France, du Sud-ouest de l’Allemagne et du Nord-ouest de la Suisse, le Rhin supérieur réunit des territoires nationaux qui, ensemble occupent une place centrale en Europe.

Grâce à une main d’œuvre qualifiée souvent bilingue, une structure économique équilibrée, un bon réseau de communication et de transports, de nombreux attraits sur les plans cultures et touristique, le Rhin supérieur dispose d’un potentiel de mise en valeur.

Le Rhin Supérieur c’est:

5,9 millions d’habitants

une densité de 274 habitants au km2

2,9 millions d’actifs

90 000 travailleurs frontaliers

21 500 km2 de superficie.

Interreg IV programme adopté par la commission européenne le 24 octobre 2007 vise avant tout à utiliser les potentiels transfrontaliers et à supprimer les barrière liées à la frontière, de manière à ce que le Rhin supérieur se développe de façon intégrée et devienne ainsi une région économiquement forte.

Le programme souhaite également porté une attention particulière au développement durable dans le domaine social et environnemental afin d’améliorer un cadre de vie agréable pour ses habitants.
En résumé INTERREG IV c’est

  • la création d’un dynamisme économique inter régional entre les régions transfrontalières.

  • Favoriser un développement économique de la zone inter-régionale (créer de nouvelles activités, créer des emplois, encourager entrepreneuriat)

  • Développer et promouvoir l’identité du territoire transfrontalier.

  • Renforcer le sentiment d’appartenance à un espace commun.

  • Dynamiser la gestion commune du

  • territoire par différents programmes:les programme PIC ‘territoires’Interreg ‘Coopération territoriale’Leader ‘Développement du monde rural’Urban ‘ dynamiser et relances les zone urbaines en difficulté.

Voici des exemples de projets dans le cadre des précédents programmes INTERREG

-Introduction de la technologie des huiles végétales subvention interreg : 320 000 euros

-Construction d’un pont pour piétons et cyclistes entre Kehl et Strasbourg,

Et également entre Weil am Rhein et Huningue subvention apporté par INTERREGII et III 1 858 952 million d’euros.

-Projets clés pour l’ATB «Agglomération trinationale de Bâle» subvention INTERREGII et III 773332 euros.

-Projet NICE ‘ NETWORK OF IT CLUSTER ESPACE’ clusters Subvention INTERREG : 371 285 euros.

-Projet de microzonage dans la région sud du Rhin supérieur Subvention INTERREG : 528 815 euros. Ce projet a but de cartographier la région en micro zones afin de mesurer l’impact possible lors d’une catastrophe naturelle chimique ou industrielle.

-Projet Eurcor Virtuale dans lequel les universités March Bloch, Louis Pasteur, Robert Schuman de Strasbourg font parties du projet qui conciste à améliorer l’information de l’étudiant qui souhaite étudier dans la région par la création d’un portail internet sur lequel il pourra consulter les informations concernant les diplômes et les formations proposés dans la zone régionale.

-Projet Parc Rhénan projet qui conciste en la préservation et à la conservation des environnement naturels régionales tels que les plaines alluviales rhénanes. Subvention Interreg : 2 388556 millions d’euros de subvention.

-Projet Aide médical d’urgence : subvention INTERREG 85747 euros. Aide médical d’urgence transfrontalière.

Mais également de nombreux projets culturels, coopération hospitalières.

Le développement précédent a bien présenter tous les impacts et élans économique que l’euro-région peut apporter à un territoire, cependant certaines emprises demeurent et freine notamment le développement économique mais également social et territorial de certaines régions, le développement qui va suivre va essayer d’en délimiter les principaux critères.

Les emprises que peut avoir une euro-région sur le développement d’un territoire peuvent en effet être négatives voir même être source de conflits d’intérêts, voici une liste de limites et freins qu’une euro-région peut également susciter auprès des populations territoriales régionales et sur le développement de leur territoire:

  • Interdépendance des régions agissant dans le cadre d’une euro-région suivant les critères proposés par l’UE.

  • Nouvelle entité géographique transparent.

  • Interdépendance indirect avec l’UE
  • et ses objectifs .

  • créer des conflits d’appartenance ethniques religieuses ou sociales.

  • Obstacles administratives ou linguistiques

Conclusion :

Cette présentation et étude à permis de remettre en cause la théorie Ratzelienne celle que les limites territoriales d’un territoire est en rapport avec la géographie physique, ce nouveau libéralisme politique mené par l’Union Européenne vise à développer de nouvelles unités territoriales administratives tout en veillant à en contrôler leurs politiques.

Plusieurs objectifs sont à atteindre par l’Union Européenne, de nouvelles formes d’espaces territoriaux tendent à se développer conjointement sous la tutelle de l’Union Européenne: les euro-régions dites inter-régions avec pour principales visées: le développement économique, la sécurité, l’environnement, ainsi que tous les facteurs pouvant participer à l’amélioration de ceux ci ‘social, infrastructures, cultures…)

La politique Euromed ,et les limites sensibles qu’elle présente, démontre bien la théorie de Mackinder:l’Union européenne se doit de protéger sa population et la démocratie des pays membres, pour cela il est nécessaire d’en contrôler l’hinterland afin de mieux gérer et contrôler le Heartland, (noyau ou se développe la menace d’un état ou d’un ensemble d’Etats) surtout d’un point de vue sécuritaire, les événements de cette dernière décennie l’ont bien démontrés, il est nécessaire aux pays membres de l’union européenne de se protéger face à la montée de ces violences extrémistes.

Il serait cependant intéressant à coté de cet engouement économique, et géostratégique de l’Europe à devenir un pôle de compétences mondial en matières d’économies de services et de hautes technologies de veiller à contrôler cette transition en prenant le temps dans une campagne de communication et de croissance économique auprès des régions; l’Union Européenne en ce contexte de crise économique doit également s’interroger sur comment limiter les impacts de la crise économique sur les projets inter-régionaux en cours.