Les effets du tourisme sur le littoral

Un milliard de touristes ont voyagé en 2012, la crise économique mondiale n’a pas entamé les sommes d’argent économisées par les ménages concernant leurs vacances. Les ménages les plus aisés acquièrent le plus souvent une deuxième résidence en France ou à l’étranger, l’ensemble des ménages profitent aisément des offres proposées par les tours opérateurs et les compagnies aériennes low-cost pour voyager.

En France, les ménages aisés optent le plus souvent pour un deuxième lieu de résidence, de préférence située sur le littoral. De nouvelles offres voient le jour telles les maisons d’hôtes, ainsi que les logements chez l’habitant et les relais châteaux.

Les progrès technologiques dans les transports facilitent le franchissement des distances en peu de temps. Les avionneurs développent des solutions plus économiques voire plus rapides et même plus écologiques concernant le transport aérien.

Cependant ce tourisme de masse n’est pas uniquement bénéfique pour les régions visitées, l’essor du tourisme développe de vilains maux écologiques et environnementales.

I/L’essor du tourisme en France

1.Le tourisme, un marché en expansion

Concernant les ménages français, ils disposent de plus en plus de temps à consacrer aux loisirs. Le tourisme se développe à l’échelle locale, nationale et internationale.

Lorsque cette deuxième résidence n’est pas occupé par leurs propriétaires le plus souvent, l’appartement ou la maison est mise en location à la semaine pour d’autres estivants. Ce mécanisme entraine indéniablement la hausse  du prix du foncier dans ces régions avec les problèmes sociaux qu’elle entraine indéniablement. On peut notamment constater l’élan contestataire des habitants dans certaines villes comme Barcelone, Lisbonne et d’autres villes qui accueillent un grand nombre de touristes. Les locaux se regroupent en association et militent afin que le tourisme ne soit pas une priorité économique au détriement de la situation des locaux.

Le tourisme a des effets positifs sur l’économie d’une région, notamment sur l’emploi , qui peut  entraîner une certaine forme de concurrence entre les régions. Le tourisme et les activités qui s’y réfèrent tels que l’hôtellerie et la restauration sont des secteurs pourvoyeurs d’emplois en France. Une dynamique économique est présente dans les régions du sud de la France : Rhône-Alpes, Languedoc Roussillon, Provence Côtes d’Azur. Ce ne sont pas les seules régions dynamiques dans le tourisme en France, la région parisienne offre 243 000 emplois en 2012 soit 5,9% de l’emploi régional et 28,4% de l’emploi national.

L’essor du tourisme est principalement dû à l’augmentation des revenus des ménages, ils permettent ainsi une fois par an, voir plus, de consacrer une part du budget aux loisirs ainsi qu’aux voyages.

 

2.Le tourisme, fruit de la révolution industrielle du 19ème siècle

Le tourisme français se développe peu après la révolution industrielle, il est au départ réservé à une clientèle principalement bourgeoise. Le tourisme se démocratise par la suite dans les années 30 avec les premiers congés payés . Le résultat ne se fait pas attendre, les plages ainsi que les pistes de ski sont prises d’assaut par les ménages français, le tourisme connaît un boom dès l’avènement de l’automobile et l’amélioration et le développement des réseaux de transports ‘ réseaux routiers, ferrés, aériens et maritimes’ .

De nombreux lieux touristiques voient le jour au 19e siècle. De nombreuses stations estivales trouvent leurs places dans les régions du Centre et des Pays de la Loire. Des stations thermales ouvrent, dans les régions de montagnes tels qu’Evian dans les Alpes, Vittel dans les Vosges.

Le littoral français est bordé par de nombreuses installations touristiques qui accueillent plus ou moins de nombreux estivants : dans les régions de Haute Normandie et Basse Normandie, ainsi que sur la façade Atlantique, la ville d’Arcachon est très fréquentée en été. Dans le sud, la mer Méditerranée n’est pas encore prise d’assaut en été mais l’est très fréquemment en hiver, notamment à Nice et à Hyères.

Le phénomène s’accélèrera lors des premiers congés payés en France en 1936.

La mondialisation ouvre les frontières aux touristes étrangers qui s’empressent de venir découvrir Paris et ses différents monuments mythiques tels que la tour Eiffel. Ils se perdent également dans nos campagnes à la recherche d’un bon restaurant gastronomique afin de goûter aux repas gastronomiques et aux produits du terroir français.

II/Le littoral français urbain

1.Des espaces naturels à préserver

Le tourisme a pour conséquence directe l’urbanisation des zones touristiques en France. Ces nouvelles zones urbanisées sont fragilisées : érosions des littoraux, déplacement des dunes, houle, tempêtes, inondations’  . Les pics d’ozones sont souvent franchis en période de haute chaleur.

Afin de concilier cette activité et le respect de l’environnement, les autorités administratives doivent s’attacher à prendre des mesures écologiques, la taxe carbone contribue à cet effort, cependant ce n’est pas suffisant. L’effort doit également venir des acteurs territoriaux et économiques du secteur du tourisme. Il commence à se développer en France un écotourisme responsable qui met en valeur les produits du terroir et le respect des paysages, des parcs naturels rayonnent de là partout en Europe, la faune et la flore sont protégés. Les résidents des zones touristiques se rassemblent en association afin de protéger les espaces mises à disposition des touristes, ils l’entretiennent. Des efforts doivent encore être fait dans ce sens, il faut surtout sensibiliser le touriste et chercher des formules favorisant l’éco-responsabilité.

L’urbanisation touristique ainsi que le tourisme de masse peuvent dégrader la beauté des paysages naturels et perturber la faune existante. C’est pour cela que le touriste doit être sensibilisé sur sa responsabilité morale en qualité de touriste.

Le paysage n’est pas vu de la même manière par les touristes qui pensent différemment suivant leur éducation et leur milieu social d’origine, c’est pour cela que les collectivités doivent faire l’effort de veiller à leur bien-être, mais également au bien-être de la nature et de sa faune et flore.

Cette idée commence à être suivie par les collectivités locales françaises qui s’attellent à développer un tourisme responsable dans les régions : l’exemple même de la région du Grau-du-Roi à proximité immédiate des terres d’élevage de taureaux sauvages de Camargue, de la Pointe de l’Espiguette, immense dune qui sépare l’univers naturel des terres de Camargue et le littoral urbanisé du Grau du Roi, montre l’attachement des territoires à la préservation de leur environnement naturel.

 

Pour conclure, les régions françaises sont des trésors de richesses culturelles, naturelles que de nombreux touristes  recherchent. Il faut préserver ces paysages naturels, veiller à la protection des touristes et des habitants , des dégâts naturels qui pourraient être causés par une urbanisation trop proche du littoral sans protection.