Le 25 août 2012

Aujourd’hui nous partons pour Saint-Pétersbourg, la ville impériale, la ville de la culture russe. Après avoir pris notre petit déjeuner nous prenons nos valises et nous nous rendons à la station de métro afin de nous rendre à la gare Moscovskaïa, d’où nous prendrons le Sapsan ‘train à grande vitesse russe’ en direction de Saint-Pétersbourg.

Dès notre arrivée à la gare, de nombreuses annonces sont données en russe, donc nous n’y comprenons rien. Nous avons l’heure le quai de notée sur les billets de train, nous comptons donc sur la rigueur et la ponctualité russe en priant qu’il n’y est pas un changement de quai en dernière minute.

La gare est en travaux, nous sommes donc gênés ainsi que d’autres voyageurs de l’environnement bruyant, nous choisissons des sièges dans la salle d’attente située au premier étage. Je m’attèle à surveiller nos bagages, et je m’empresse par le même temps à parcourir le guide de voyage, j’ai hâte de découvrir cette belle et magnifique ville.

Il est 10 heures, notre train est prévu pour 12h00, nous occupons donc cette heure  à observer, lire. Les voyageurs russes qui prennent le train sont en grande majorité des russes de classe moyenne, les riches préférant d’autres moyens de transport plus rapide, comme l’hélicoptère, ou l’avion.

Je m’amuse à observer une famille qui vient s’installer à coté de nous, lorsque les russes voyagent c’est pour déménager du moins j’en ai l’impression, les parents n’arrêtaient pas de faire des allers retours avec une tonne de bagages.

Bon trêve de plaisanterie, l’heure de départ approche. Nous nous rendons sur le quai je suis un peu malade, un petit coup de froid mais rien de grave. Le sapsan est déjà en gare et étonnamment contrairement aux gares françaises, littéralement prise d’assaut l’heure de l’embarquement, sur le quai règne un ordre impérial, encore une fois à l’image de la ponctualité et la rigueur russe.

Des agents de contrôle russes sont postés dans leurs uniformes  à l’entrée de chaque wagon, disponible pour orienter et informer les voyageurs. Sur nos billets il est indiqué wagon 7, nous cherchons donc notre wagon, nous le trouvons après avoir salué la charmante hôtesse et lui avoir présenté nos billets nous embarquons, nos places sont réservées d’ailleurs toutes les places le sont pas d’entrée improvisée.

Dans le Sapsan règne une atmosphère agréable, de l’espace du confort ceci même en deuxième classe. Nous avons même le droit à mon grand étonnement à de la musique, un casque stéréo est offert pour chaque passager afin que son voyage se passe le plus agréablement possible, c’est la grande classe. Nous avons l’honneur de voyager en face d’un couple de gens russes, pas d’animosité dans le regard ou de mépris, nous n’échangeons pas, personnellement je suis un peu gêné mais bon .

Pas une minute de retard, le train démarre et se lance ainsi dans sa course vers Saint-Pétersbourg, un calme monacal règne dans la rame, le train est silencieux et confortable, nous sommes partis pour plus de 4 heures de train.

Après une bonne heure de voyage, nous sommes dans l’immensité de la campagne russe, le train va vite on traverse également les immensités de la taïga russe, c’est magnifique . Des petites isbas sont là implantés surement à la va vite lors de la construction de la ligne de train ou d’autres déjà bien implantées avant.

Nous arrivons au bout de 4 heures de voyage à Saint-Pétersbourg, le voyage a été long mais je ne sens pas trop la fatigue, nous débarquons du Sapsan, nous y voilà à Saint-Pétersbourg,  mais loin de voir l’ impérialité de la ville dès notre arrivée nous découvrons une ville comme toute les autres en Russie ou dans le monde.

Sapsan
Sapsan

Saint Péterbourg Gare

OLYMPUS DIGITAL CAMERA