La chute du bloc soviétique en 1991, fait émerger un nouvel état : la Russie ; le pays anciennement nommé URSS ‘ Unions des Républiques Socialistes Soviétiques, émege d’une crise sévère, causé par une forte baisse de la démographie, et d’une économie à la traine.

La Russie a mis environ une dizaine d’années à se relever, l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine fin 1999 redonne un coup de fouet à l’économie russe, qui reprend progressivement son souffle.

Les Russes ont appris à se débrouiller sans l’état, ils vivent de petits boulots, ou travaillent très durement dans les mines, l’agriculture ou les industries.

L’industrie économique se libéralise, elle s’ouvre de plus en plus aux capitaux étrangers, et aux investissements directs étrangers, notamment asiatiques ;  des partenariats économiques s’opèrent avec les pays de l’union européenne.

Les Russes concilient avec les autorités fédérales, le gouvernement se dote d’une structure administrative très complexe, et organise le pays en petites républiques indépendantes. Le pouvoir est décentralisé, bien que la politique actuelle de Vladimir Poutine tende à recentraliser les pouvoirs décisionnaires à Moscou afin de mieux encadrer et contrôler les décisions politiques des républiques indépendantes et également de contrôler les aides  attribuées aux différentes républiques indépendantes. Les russes concilient donc avec le gouvernement, ils préfèrent cette vie là, quitte à y perdre quelques droits de liberté.

Ces nouvelles orientations politiques et économiques font apparaître une nouvelle classe sociale, parmi la population: la classe moyenne, elle constitue le socle de la croissance dynamique du pays.

Cependant cet élan de capitalisme, crée des disparités, un écart de revenu se creuse largement entre les quelques oligarques, qui rejoignent le rang des plus grandes fortunes mondiales, et les millions de russes de la classe moyenne.

Le gouvernement russe a choisis de diversifier son économie, et de se spécialiser dans quelques activités économiques : comme l’industrie aéronautique, des industries étrangères courent après les connaissances et le génie de nombreux ingénieurs russes, mais également et surtout la Russie spécialise son activité dans l’exploitation des ressources énergétiques ‘ gaz, pétrole’et minières.

Le gouvernement russe oriente donc son économie et abandonne les industries lancinantes de l’ère soviétique, il laisse donc à l’abandon ces conglomérats industrielles et abandonne de nombreuses parties du territoire, le plus souvent mal désservies. Ces zones sont jugées par le gouvernement peu productive ou pas assez, il préfère se concentrer sur les activités les plus productives et les plus rentables, cela posera quelques problèmes d’abandon dans certaines parties du territoire.

La Russie entretient avec ses pays voisins, des relations cordiales mais distantes ; les véléités territoriales propres à chaque pays lancés dans une course à l’indépendance énergétique frénésique, créent des tensions géopolitiques dans certaines parties du territoire russe, le plus souvent nommées en géopolitique:  zones tampons ou zones grises,( îles Kouriles tension avec le Japon, Arctique tension avec la norvège, la Géorgie, la Tchétchénie).

La Russie lance le dynamisme vers le grand nord, en effet cette partie du globe est très riches en ressources naturelles ‘ ressources halieutiques, mais également ressources énérgétiques ‘ réservoirs importants de gaz et de pétrole’; la Russie a choisi de défendre ses intérêts et son territoire en positionnant des unités militaires près de Mourmansk, mais également en investissant dans la construction de géants brises glaces.