Trois jours plus tard, nous décidons de retourner à Fira diner, nous avions repérer un restaurant qui offrait une vue sur la caldeira.

Nous profitons de notre promenade pour visiter le musée historique de Fira, des répliques des fresques murales retrouvées à Akrotiri y sont exposées:

Ci dessus une maquette des embarcations navales utilisées pendant l’ère minoenne. -2700 à – 1200 ans avant JC.

D’après les vestiges archéologiques retrouvées à Akrotiri, les archéologues et chercheurs en ont déduit que les premières formes de sédentarisation ainsi que l’aménagement de la ville d’Akrotiri  à cette époque  étaient très évoluées et qu’il devait s’agir d’une ville importante dans le commerce en mer Méditérrannée, on peut s’imaginer une ville avec des habitations comprenant plusieurs étages, dotées de terrasses, d’équipements tels que la chasse d’eau, un système de ventilation en été, et un système de chauffage pour l’hiver.

Après cette pause  culture nous profitons d’une terrasse du musée pour profiter de cette vue sur le volcan, mon esprit n’a cesse de s’imaginer la fin tragique de la population d’Akrotiri et de cette civilisation de cette époque, en effet d’après les fresques que j’ai observé, cette île ne ressemblait pas à ce que nous voyons actuellement à Santorin ; un autre climat régnait sans doute un climat tropicale, de nombreuses forêts  étaient dessinées des animaux tels que les singes et jaguars ou tigres étaient représentées sur les fresques, l’île ne formait qu’un seul ensemble, le volcan durant des milliers d’années n’a cessé de se former jusqu’à son explosion fatale pour  les habitants d’Akrotiri, qui ont sans doute vu la menace arrivée et ont eu l’intelligence et le temps de quitter l’île, lorsque le volcan explosa en 1630 avant JC l’île était sans doute moins peuplée, le cratère laissa la place à un énorme trou dans lequel l’eau s’engouffra pour former la caldeira, on peut facilement imaginer cette vision cauchemardesque :des tonnes de magma en fusion refroidi par l’eau de la mer laissant s’échapper de gigantesques nuages de fumées, l’explosion du volcan provoqua un tsunami avec une vague de plus de 50 mètres de haut qui finit sa course sur les rives de l’actuelle Crète, ce tsunami fit de nombreuses victimes sans doute une grande partie de la population de l’île qui furent rattraper par la vague soit en mer soit sur les rives de la Crète où ils finirent par s’installer pour ceux qui en avaient eu le temps .

Il nous reste plus que quelques jours à passer sur l’île, soit approximativement moins de 7 jours, j’ai apprécié chaque moment passé sur l’île, nous arrivons vers Firostefani nous choisissons une petite taverne grecque avec la vue sur la caldeira, j’apprécie le décor typique grecque, les couleurs locales le blanc et le bleu sont omniprésents, et le gout et la fraicheur des aliments ne manquent pas.

La journée se finit agréablement autour d’un diné, nous longeons la caldeira pour notre retour vers Fira, le vent commence à ce lever, nous nous arrêtons un dernier moment pour admirer les lumières de Fira, un guitariste joue un morceau de musique et le rêve continu à scintiller quelques minutes dans mon esprit, j’apprécie agréablement ce moment de découverte de culture et de paix dans ce monde.

Un commentaire sur « Carnet de voyage 4ème partie »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s