Trois jours plus tard le 25 juillet, nous partons pour une journée d’excursion organisée par un organisateur de circuit sur l’île, c’est pratique ce genre d’excursion, le trajet est assuré en car, encadré par des guides supers professionnels, puis on en profite pour découvrir des recoins inconnus de l’île, malgré mon coté baroudeur, je conseil ce genre d’excursion car on apprend beaucoup sur l’histoire de l’île ainsi que sa géographie.

Aujourd’hui au programme visite de Mesa Ghonia, il s’agit d’un village grec traditionnel conservé dans l’état suite à sa complète destruction lors de dernier tremblement de terre de 1956.

Nous apprenons que les maisons sont construites à partir de pierres de laves qui servent à l’édification des murs.

Nous nous rendons ensuite sur le point le plus haut de l’île le Mont Prophet Ilias, nous pouvons contempler un superbe panorama.

Après cette pause photo, nous nous rendons au village de Pyrgos, un superbe village grec, ce village est d’une beauté exceptionnelle, est l’ancienne capitale économique de l’île jusque dans les années 1800, à l’entrée du village le petit café du village regroupe les anciens du village regroupés autour d’une table à siroter un café traditionnel grec à l’ombre d’un arbre et à discuter d’affaire ou de jeux de cartes, nous continuons notre visite et nous découvrons de très belles petites maisons traditionnelles rénovées.

Nous poursuivons notre promenade dans le village et nous y découvrons de superbes églises orthodoxes.

Dont la plus ancienne église de l’île, la charpente de son ossature est construite en bois, elle est construite au point le plus haut du village proche de l’ancien fort vénitien.

Après avoir contempler le panorama sur l’île et la caldeira nous redescendons par les ruelles du village pour retourner au car, car nous nous rendons à présent à Santa Wine, une coopérative vinicole ou l’on fabrique, du vin.

Nous apprenons dans le car que le nom de Santorin est tiré du nom Santa Irini, le nom d’une sainte, avant l’île s’appelait THERA prononçé THIRA, le nom ancien de l’île était associé à un ancien chef de guerre lacédémonien, qui avait occupé l’île plusieurs siècles avant JC.

Nous arrivons à Santa Wine et là je reste éblouis par la magie du lieu, le plus beau panorama de ma vie s’offre à mes yeux, je reste ébloui par la vue, c’est exceptionnelle et la photo ne donnera jamais ce même ressenti, le seul moyen pour s’en rendre compte s’est d’y aller.

Nous avons la possibilité de nous offrir une pause rafraîchissement afin de déguster un vin de l’île.

Nous retournons au car direction Oia un village situé à l’extrême nord de l’île, où nous allons assister au coucher de soleil, vue exceptionnelle.

Nous arrivons au village de Oia, nous visitons le village, c’est très beau et malgré le monde qu’il y’ a dans le village on ressent un certain calme c’est beau, la vue sur la caldeira est toujours exceptionnelle.

Le soleil commence se couche dans environ une heure, nous recherchons un endroit pour contempler le sunset.

Nous trouvons un café à la pointe du village de nombreux tourismes y sont attablés autour d’un cocktail ou d’un café, le café se trouve à proximité d’un moulin, la vue sur le sunset est fantastique et magique.

Le soleil se couche le moment est inoubliable:

Nous devons retourner au plus vite au car, garé plus bas dans le village, cependant le retour va être plus lent que prévu, nous nous retrouvons embarqués dans une vague humaine, les ruelles se retrouvent subitement bondées de touristes qui ont tous eu la même idée que nous.

Une fois dans le car, je n’ose pas à penser à la fin des vacances il me reste une quinzaine de jours, dix jours sont déjà passés,  la seule route de l’île se retrouve subitement occupée par une ruée de car de touristes, d’automobiles, nous venons tous d’assister à ce moment magique, au bout d’une heure nous retrouvons Périssa ainsi que villa Spyros.

Je discute  avec Pietro qui me montre des photos de Pyrgos au printemps pendant les festivités de Pâques , le village se retrouve illuminée de centaines voir de milliers de bougies qui illuminent les contreforts du village ainsi que les ruelles et les murs de l’ancien fort vénitien, cette tradition remonte à des centaines d’années à l’époque des pirates, car les pirates écumaient la mer Méditerranée à la recherche du trésor de la mythique Atlantide, les autochtones de l’île soucieux des richesses à protégées notamment leur vies ont adopté alors une stratégie bien que plus intelligente, ce qui montre l’esprit stratège et intelligent des grecs, en effet une tradition chez les pirates faisait qu’à chaque fois que des pirates occupaient une île ou l’avaient fouillé ils allumaient des bougies pour marquer le territoire la nuit et dissuader tout autres pirates de s’en approcher, l’île de Santorin n’avait  pas été visité par ceux ci cependant le peuple de l’île faisait croire aux pirates qui naviguaient dans la caldeira que d’autres pirates avaient pris le contrôle de l’île et que donc toutes les richesses y avaient été pillées.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s